Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
3484 jours de vie - 43 membres - Dernier membre : fyllee (Bienvenue parmi nous !) - 11560 messages
Liste des personnages de la saga modifiée, merci de lire ==> ICI <==

Partagez | 
 

 Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)

Aller en bas 
AuteurMessage
MJ 1
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 27/05/2010

Feuille de personnage
Crédits: Illimités
Rang/Grade: MJ

MessageSujet: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Ven 2 Mar - 23:10

MJ 1 incarne:



Miraj Tyne, Maitresse esclavagiste


Jabba le Hutt. Un nom qui en faisait frémir de peur plus d’un. Un nom associé à une larve puante et répugnante, un être perfide et infâme, une entité… Bref, Jabba le Hutt n’était pas l’être le plus aimé de la galaxie, loin de là. Les gens qui disaient aimer Jabba gravitaient autour de lui pour son prestige et sa fortune, espérant obtenir ses faveurs et donc un avancement dans la hiérarchie sociale des criminels. À bien des égards, le Hutt était une victime. Son génie, incompris, sa personne ridiculisée et ce qu’il était roulé dans la boue. En aurait-on dit autant s’il avait été un humain svelte et athlétique, bien habillé et à l’apparence un brin rebelle? Jamais dans dix, quinze, vingt, mille ans. Jabba le Hutt était né Hutt et c’était ce qui faisait qu’il avait si mauvaise réputation. Heureusement pour lui, parmi tous ces parasites, il existait quelqu’un qui le respectait vraiment malgré son physique peu avenant.

Miraj Tyne, qui portait le nom d’une personnalité célèbre de sa famille, feu Miraj Scintel, anciennement reine de Zygerria. Une puissante esclavagiste dont la réputation n’était plus à faire, recherchée dans plus de neuf systèmes dans la galaxie. On disait à voix basse qu’il n’y avait pas une espèce dans la galaxie qui à un moment ou un autre avait fourni de façon fort involontaire un représentant pour sa chasse à l’esclave. Miraj Tyne avait même eu des esclaves trandoshans… Comment cela la liait-elle au puissant chef de clan Hutt? De façon fort simple, elle lui avait sauvé la vie lorsque Jabba était venu en visite sur Zygerria pour participer à une enchère. Jabba s’en était tiré avec des blessures mineures et elle avait failli perdre la vie par son sacrifice. Depuis… Elle entretenait de bons rapports avec le célèbre Hutt. Un des plus célèbres, ce n’était pas peu dire. Il fallait avoir du courage pour s’associer aux Hutts.

On ne pouvait pas dire qu’ils étaient exactement des amis mais Miraj était probablement une des rares à pouvoir appeler le chef criminel Jabba, sans un qualificatif d’abord (le grand Jabba, le puissant Jabba, etc.). Elle lui parlait en égal et c’était un privilège absolument inestimable. De son côté, Jabba était bien le seul Hutt de la galaxie et un des rares êtres de ce monde à pouvoir reluquer Miraj sans se faire tirer dessus, décapiter, éviscérer ou autres gentillesses du genre. Miraj Tyne n’était pas une Twi’lek ou une Zeltros… Mais c’était une « femme » ravissante dont le charisme et les avantages naturels ne laissaient pas indifférent. Il fallait aimer l’exotisme, ceci dit : l’humain moyen ne trouvait pas un zygérien bien séduisant. Remarquez que pour un des anniversaires de Jabba, ce dernier avait tout sauf rechigné quand vêtue de façon fort légère, elle lui avait offert un spectacle de danse privé mémorable…

Et non, cela n’avait pas fini dans une chambre à coucher. Anatomiquement impossible de toute façon. Enfin bref. Ce qu’il est important de noter c’était qu’elle était venu voir le Hutt pour lui proposer une opportunité d’affaire à se rouler par terre. Jabba allait apprécier c’était certain. Elle aurait pu l’inviter à venir la voir mais bon, elle savait ô combien le Hutt était fier de sa résidence donc… Autant lui faire plaisir. En cette matinée ensoleillée donc, la cour de Jabba fut dérangée par un raffut épouvantable… Et Miraj, fit son entrée, tenant par la gorge un mercenaire humain au service de Jabba qui avait osé lui barrer le passage. Un garde gamoréen n’aurait jamais fait cela : eux savaient qui était la relation d’affaire de Jabba. Quand elle prit la parole, le ton était enjoué… Mais le Hutt pouvait deviner tout le venin pour le mercenaire qui commençait tranquillement à changer de couleur. Elle? Elle s’en foutait royalement.


(Hutt) « Jabba, ça faisait longtemps… Et regarde, un de tes mercenaires est venu m’accueillir en personne, n’est-il pas sympathique? Il m’a accueilli avec une arme pointée sur mon joli minois en me traitant voyons… Quel est ce vilain terme… De putain voilà. Tu te rends compte? Il me traite moi de putain c’est amusant non? Et il pensait aussi pouvoir me donner des ordres et me faire partir alors que je suis porteuse d’excellentes nouvelles… »


Dernière édition par MJ 1 le Sam 3 Mar - 8:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jabba le Hutt

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/02/2012

Feuille de personnage
Crédits: 500
Rang/Grade: Chef du Clan Desilijick

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Sam 3 Mar - 0:29

    Tatooine, une planète qui fut colonisés par les humains il y a bien longtemps, ces derniers avaient la ferme intention d'exploiter les riches minerais de Tatooine mais aucun ne réussit. Jabba s'intéressa à la planète de part sa position stratégique, en effet, au carrefour de nombreuses routes commerciales, Tatooine possède une excellente position qui attira pendant de nombreuses années les Chasseur de Prime, Mercenaires ou Contrebandiers et Tatooine les attira encore plus lorsque les Hutts s'y installèrent... Le Palais de Jabba situés en plein milieu du désert est qualifié comme endroit le plus malfamés de la galaxie, qualificatif qui convient totalement à Jabba qui possède les plus expérimentés Chasseurs de Primes tel que Boba Fett ou encore Contrebandier comme Han Solo, pendant un temps en tout cas. Peu de gens ont eut un jour la permission d'appeler Jabba, sans mettre un beau qualificatif avant, car Jabba aimait que l'ont rajoute "Puissant, Grand, Sublime, Magnifique" devant son nom. Parmi ses personnes, ont pouvait comptés le seul amis de Jabba qui n'était pas Hutt, Ephant Mon, qui pouvait l’appelé Jabba à son bon vouloir. Ont pouvait également comptés pendant une époque, Han Solo, qui fut le préféré de Jabba pendant un temps. Remplacé promptement après une petite escale du Zygéria et après s'être fait sauvés la vie par une Maîtresse Esclavagiste Zygerienne, c'était désormais Miraj Tyne, une descendante de la très célèbre Miraj Scintel...

    Jabba avait donc changés de favoris, tous le savait et peu oseraient défier la Maîtresse Esclavagiste... Ormi, les petits nouveaux comme disait nombre d'ancien mercenaires de Jabba, pour ce dernier, il se délectait à chaque entrée de la maîtresse esclavagiste. Voir quelques humains se faire exterminer à chaque fois, un spectacle de plus plaisant et les gamineries de Crumb l'amusait également. Les Hutts n'ont pas pour habitude de porter respect à quelqu'un d'autre que leur propre race, car ils se définissent comme supérieur à toutes les autres races, Jabba comme dit plus haut appréciait seulement 2 Non Hutt. Miraj Tyne et son meilleur amis (celui de Jabba) Ephant Mon. Ce jour là alors que le Hutt dormait tranquillement, un véritable enfer sonore le réveiller, il remua la queue et entendit un coup de blaster, puis un deuxième et plus rien. Les mercenaires commençaient à viser l'entrée, d'autres protéger Jabba, puis ce dernier fit signe aux différents mercenaires de reprendre leurs places lorsqu'il vit que c'était... Miraj Tyne. Celle ci commença à parler en critiquant le mercenaires qu'elle tenait par la gorge. Crum commença son rire strident suivis de prêt par le rire sonore du Hutt, celui ci s'agita un peu, goba une grenouille nala puis fit un sourire à la Zygérienne, il fit signe à deux Nikto de prendre le mercenaire qui souffrait, ce dernier pensa qu'ont venait l'aider, mais il fut placés devant le Hutt et comprit vite ce que Jabba comptait faire de lui, il n'eut pas le temps d'implorer qu'il tomba dans la cage au Rancor, déjà toute la cour se précipitait pour voir le pauvre humain se faire littéralement broyés par le Rancor... Puis alors que tous reprenaient leur place, Jabba s'écria, dans sa langue natale, appréciant le fait que la Zygérienne fit de même :

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Miraj Tyne... Ma petite ! Comme je suis heureux de te revoir, le "problème" du mercenaire étant réglés, n'est ce pas satisfaisant de voir cette créatureIl montra le Rancor : Régler tant de problème aussi facilement, qu'elle raison t'amène dans mon humble demeure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ 1
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 27/05/2010

Feuille de personnage
Crédits: Illimités
Rang/Grade: MJ

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Sam 3 Mar - 20:14

(Hutt) « C’est toujours divertissant bien que je préfères faire le travail moi-même. Tradition de Zygériens. C’est plus spectaculaire par contre, ça il faut bien te le donner. Ah les humains : toujours à se penser meilleur que le reste quand au fond, ils n’ont ni griffes ni crocs acérés et une constitution physique… Discutable. Ils font d’excellents esclaves par contre. Tu devrais en garder deux ou trois à porter de main. »

Répondit l’esclavagiste non sans une pointe d’amusement. S’approchant du trône, elle vint s’asseoir sur une des extrémités et son audace fit faire des « oh! » et des « ah! » à l’assistance. Miraj ne s’en faisait pas outre mesure. Elle était la favorite du Hutt, elle était donc intouchable ici… Sauf par lui. D’une main gantée (non par dégoût mais parce que les Zygériens ont des mains griffues), elle toucha même le Hutt, lui offrant une légère caresse. Un signe de respect car Miraj Tyne ne touchait à personne si elle pouvait l’éviter. Elle usait d’un fouet laser pour discipliner les esclaves et si quelqu’un avait eu le malheur de poser ses sales pattes sur elle, elle l’aurait tué séance tenante. Qui plus était, contrairement à un certain ex contrebandier, Miraj elle respectait vraiment Jabba : elle aimait l’argent oui mais elle savait mettre les choses en… Perspective. Les crédits ne servent pas vraiment aux morts…

Elle sentait le regard des autres sur elle. Des jaloux, des envieux et les examinant de ses yeux jaunes, elle finit par sortir son arme et de tirer avec une désinvolture surprenante (considérant où elle était et en quelle compagnie) en pleine tête d’une des convives. Elle s’expliqua en disant que c’était un espion rebelle, qu’elle avait déjà croisé auparavant. Elle n’allait pas laisser les anti-esclavagistes mettre des bâtons dans les roues de Jabba, un important client dans la traite d’esclaves. Et justement, parlant d’esclaves…D’un claquement de doigt, elle intima à une ravissante créature qui avait sagement attendu dans l’ombre qu’on lui demande de venir. Une Zeltron d’une rare beauté, une prise de choix d’ailleurs qui ne manquerait pas de plaire à Jabba. Le plus génial? Quand Miraj Tyne brisait la volonté d’un esclave… C’était à vie. Jabba aurait un jouet des plus obéissants, contrairement à certains esclaves de sa cour.


(Hutt) « Premièrement, une prise magnifique, juste pour toi. Cette Zeltron était chef d’un groupe de combattants de la liberté que nous avons capturé alors que nous étions en train de faire un raid. Je l’ai brisé comme on brise une brindille, juste pour toi. Tu vas voir, je me suis surpassée sur son cas. Tu pourrais lui dire de se jeter dans la gueule grande ouverte de ton rancor qu’elle le ferait. C’est toujours amusé de pulvériser un esprit fort.

Ceci dit, je suis venue ici principalement pour te proposer de faire un coup d’argent. De quoi te rendre encore plus riche que tu ne l’es déjà. Comme tu le sais, je suis issue d’une famille qui est parente à notre lignée royale, celle des Scintel. Notre souverain actuel est… Faible et sans enfant. Ce qui veut dire que la succession irait à une branche cousine des Scintel. Logique. Le problème c’est que j’ai de nombreux ennemis qui ne me laisseront pas accéder au trône.

Et c’est là que ça te concernes. Si je passe reine, non seulement tu auras premier choix sur tous les esclaves que tu pourrais désirer mais en plus, tu aurais dans tes alliés un empire d’esclavagistes. Nous pourrions couper l’approvisionnement en esclaves de tes ennemis… Et tu imagines un palais de Hutt sans esclaves? Un chef criminel sans main d’œuvre bon marché? Un Empire galactique à qui il manque des… Volontaires? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jabba le Hutt

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/02/2012

Feuille de personnage
Crédits: 500
Rang/Grade: Chef du Clan Desilijick

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Mar 6 Mar - 16:02

    (Hutt) « C’est toujours divertissant bien que je préfères faire le travail moi-même. Tradition de Zygériens. C’est plus spectaculaire par contre, ça il faut bien te le donner. Ah les humains : toujours à se penser meilleur que le reste quand au fond, ils n’ont ni griffes ni crocs acérés et une constitution physique… Discutable. Ils font d’excellents esclaves par contre. Tu devrais en garder deux ou trois à porter de main. »

    Le Hutt afficha un sourire aux dernières paroles de la Zygériennes, il fit un signe de la main et ont avança deux esclaves humains que Jabba n'avait pas encore placés. Les esclaves furent apportés par deux Weequays, qui d'ailleurs essayèrent d'éviter un maximum Miraj Tine... Puis Jabba plongea sa main dans un bocal pour en sortir une grenouille, après l'avoir prudemment mis dans sa bouche, il mâcha quelques peu avant de gober la pauvre grenouille, puis il retourna son attention vers Miraj et lui répondit :

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Des esclaves comme cela ? Ho, ho, ho... Je viens de les obtenir lors d'un raid sur hum... Peu importe. Que pense tu de leur qualité ?

    Le Hutt marmonna quelque choses en sa langue natale et les Weequays avancèrent les esclaves vers Miraj. Puis s'écartèrent pour laisser l'esclavagiste faire son travail. Puis la Zygérienne après les avoir examiner s'approcha du Hutt et s'assit à une extrémité le Hutt bougea la queue lorsque la Zygérienne le caressa. Il était loin de détester les caresser, bien qu'il préférer les infliger à ces danseuses... Puis d'un coup, Miraj sortit son pistoblaster et dira une balle dans la tête dans un convive, un esclave. Le Hutt ne put qu'applaudir se joli spectacle suivit de près par les rires sonores de Salacious... Puis après que l'esclavagiste est fait un signe, une magnifique Zeltronne sortit de l'ombre, d'une magnifique beauté, caractéristique principale de sa race... Il l'observa et fit un large sourire avant de répondre aux paroles de Miraj :


    [b](Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] En effet, une prise magnifique Miraj. Tu est très doué pour ceux qui est de dresser les esclaves, une des raisons pour lesquelles je me fournis souvent chez vous, les Zygériens. Une magnifique Zeltron, elles sont hors de prix, heureusement que je t'ai pour me fournir ! Cela fera une nouvelle danseuse pour sa grandeur Jabba le Hutt, Ho, Ho, Ho...

    Des ennemis ? Toi ? Ho, ho, ho, je suis étonner qu'il ne soit pas déjà mort... Des crédits tu dit ? Voilà qui m’intéresse.
    Néanmoins, sache qu'il existe beaucoup d'autres empire d'esclavagistes, bien que les Zygériens sont parmi les meilleurs, cela ne coupera pas les vivres de mes ennemi. Mais au moins, j'aurais la meilleure qualité... Sache que je suis prêt à t'aider, de voir reine m'enchanterait... Comme tu dois le savoir, je compte dans mes rangs les meilleurs chasseur de primes, Boba Fett entre autres. Il se fera un plaisir d'éliminer des cibles.
    Dit m'en plus, de quelle façon veut tu qu'il disparaisse ? Qu'attend tu de moi ?


    Le Hutt approcha sa main de la joue de Miraj pour lui faire une rapide caresse avant de faire signe à ses hommes d'aller équiper la Zeltron, il avait hâte de voir sa première danse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ 1
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 27/05/2010

Feuille de personnage
Crédits: Illimités
Rang/Grade: MJ

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Mar 6 Mar - 19:20

(Hutt) « Je te le concède, il existe d’autres groupes d’esclavagistes. Les Trandoshans qui sont une compétition presque intéressante. Un Empire esclavagiste? Ça non. Nous avons basé notre société autour de cette activité, et nous avons eu de tout dans nos ventes aux enchères, utilisateurs de la Force inclus, ce dont ne peuvent se vanter nos rivaux. J’insiste sur tous nos rivaux, Jabba. Seuls les Zygériens peuvent allier qualité et quantité. »

Fit observer Miraj. Elle connaissait son sujet quand même! Jabba n’avait pas tort, c’était après tout un seigneur du crime très bien informé. Il y avait d’autres factions esclavagistes. Rien qui puisse rivaliser de près ou de loin par contre. Ces chiens de Jedis et leur précieuse République leur avait fait mal, à l’époque mais les Zygériens n’avaient pas perdu de temps à se remettre au travail. Bon d’accord, les Zygériens, elle la première, avait l’habitude de toujours parler des leurs comme des plus grands esclavagistes, oubliant les sources d’approvisionnement bon marché. Une note mentale qu’elle se fit, de ne pas négliger la chose à l’avenir. Même les choses les plus insignifiantes pouvaient, tôt ou tard, devenir problématiques. Elle sourit à cette pensée, laissant s’écouler quelques secondes, réfléchissant sur cette liste d’ennemis qui ne voudraient que trop la voir morte… Alors pour commencer…

L’actuel « responsable de la sécurité » du palais. Lui la détestait pour une raison toute simple : elle avait refusé de coucher avec lui, d’être sa compagne. Côté orgueil, les Zygériens en avaient à revendre, les mâles tout particulièrement. C’était puéril certes mais suffisant pour s’en être fait un puissant ennemi. Il y avait également bien sûr le conseiller de la reine, qui aurait voulu mettre son postérieur sur le trône, le chef de la guilde des esclavagistes, un rival de toujours, il y avait un oncle dans sa famille également… Des gens qu’elle aurait pu faire éliminer mais qui auraient demandé des ressources quand même importantes… Ressources qu’elle avait préféré investir ailleurs histoire de renforcer ce qu’elle avait et faire front plus efficacement face aux conspirateurs. Enfin bon, oui elle aurait pu engager un chasseur de primes ou un groupe pour faire le travail… Mais elle était de la vieille école.

Elle aurait et de loin préférer faire le travail elle-même. C’était plus… Comment dire… Stimulant. C’était comme faire la traque à l’esclave soi-même : il y avait bien plus de gloire à cela que d’envoyer des gens le faire à sa place. Ça c’était trop facile. Dommage pour Jabba, il ne connaitrait jamais ce petit plaisir coupable. Quoi que ce serait amusant de lui faire un jour la proposition. Pourquoi pas? En environnement contrôlé, évidemment, pour lui offrir une bonne pratique avant une vraie chasse… Voyant revenir l’esclave qu’elle avait offert à Jabba, elle laissa entendre ce qu’on aurait pu prendre pour un ronronnement. Posant sa main sur ce qui servait de joue au Hutt, elle l’intima au silence d’un geste doux. Ils auraient tout le loisir d’en discuter à voix basse pendant le spectacle de danse… Mais il ne fallait pas manquer le début. Et quel spectacle mes amis! Elle avait bien fait son travail, la Miraj…


(Hutt) « Ce que j’attends de toi? Ton soutien, rien de moins. Tu peux envoyer tes chasseurs de primes faire quelques assassinats si tu veux mais il faut que cela ressemble à un accident. En fait… Je vais te demander de dépenser, Jabba. Si tu te faisais construire un palais sur Zygerria, mes ennemis n’oseraient plus s’en prendre à moi. Après l’attentat contre toi? Nombre d’entre eux te craignent trop pour recommencer… Rassures toi. Tu auras… Remboursement… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jabba le Hutt

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/02/2012

Feuille de personnage
Crédits: 500
Rang/Grade: Chef du Clan Desilijick

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Ven 9 Mar - 16:05

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Oh, Oh, Oh ! En effet, je serais surement le mieux fournis des Hutts avec mes alliés Zygériens. Les Utilisateurs de la Force, une vrai plaie, il essaye de nous avoir avec leurs "pouvoirs", heureusement que je suis immunisé contre tout cela, chose dont de nombreux seigneurs du crime Humains ou autres ne peuvent se vanter.

    Jabba avait profité de l'allusion aux utilisateurs de la Force pour relancer la discussion. Le Hutt observa Miraj réfléchir tranquillement, en attendant qu'elle est finis de réfléchir dans son coin, Jabba fit un sourire et fit un signe à un de ses hommes de mains, ici, Barada en l'occurence puis lui murmura quelque chose en Hutt, Barada répondit de même en Hutt, chose qui semblait ravir Jabba, il poussa un peu Barada et lui fit signe de reprendre sa place puis fit un grand sourire avant de faire signe à une de ses danseuses, Shaliqua, une de ses meilleures de faire entrer la Zeltron...

    Jabba fit signe à cette dernière de se mettre à danser après que Miraj est fit taire Jabba d'un geste doux, le Hutt laissa gigoter un peu sa queue, puis la Zeltron commença, de très beaux mouvements, Jabba put admirer le corps en se léchant les babines, des mouvements si sensuelle, un vrai régal pour les yeux. Jabba se permis une petite tape amicale à Miraj en lui souriant, puis les différents membres semblait gouter à ce magnifique spectacle avec silence, voilà les rares fois où le silence régnait, lorsque des magnifiques danseuses exerçait leur profession... Jabba était très heureux de Miraj et lui répondit à voix basse :

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Oh, Oh, Oh ! Une très belle danseuse que tu as formés ! Voilà un point de plus pour ta réputation auprès de ma cour. Dépenser ? Oh, Oh. Tu me demande tant de choses mais sache qu'un nouveau Palais sur Zygéria me ravirait, j'ai par-ti-cu-liè-re-ment aimé mon dernier voyage là bas. De plus cela me fournirait un centre de recrutement et d'achat d'esclaves plus rapide. Cela me permettrait également de m'agrandir. Sache que je ferais construire un Palais et qu'en attendant je viendrais m'installer à la demeure royale si tu n'y vois pas d’inconvénient ? Remboursement ? Je n'en doute pas.

    Finit Jabba avec une pointe d'amusement, il continua de se délecter du spectacle en attendant la réponse de Miraj...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ 1
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 27/05/2010

Feuille de personnage
Crédits: Illimités
Rang/Grade: MJ

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Sam 10 Mar - 0:09

(Hutt) « Quand je serai reine, je te dédierai une aile entière du palais si tu veux. Cela me fera même plaisir. En attendant que ton palais soit construit, il va de soi. Chose certaine, si tu t’établis sur Zygerria, attends toi à voir ceux qui ont attenté à ta vie tenter de faire amende honorable. Ton pouvoir attire des convoitises et ils craignent notre alliance. »

Il était évident que si Jabba revenait sur Zygerria que ceux qui avaient conspiré contre lui chercheraient à se racheter. En procédant ainsi, ils espéraient devenir également des favoris du Hutt, ce qui empêcherait des gens comme Miraj par exemple de faire rouler quelques têtes. Un plan loin d’être mal pensé mais qui ne tenait pas en compte un détail très important : Jabba le Hutt adorait l’argent, c’était bien vrai. Sauf qu’il n’oubliait jamais une offense, même pour tout l’or du monde. Enfin… C’était toujours ainsi que Miraj avait perçu le seigneur du crime. Plus prompt à dispenser châtiments que récompenses. Exactement comme elle. Comme Miraj le disait souvent, pourquoi changer une combinaison gagnante? Il était considérablement plus facile de s’imposer par la peur et les zygériens avaient toujours privilégié cette approche. Vous n’aviez pas vraiment le choix quand vous faisiez dans le commerce d’esclaves.

On peut difficilement motiver les esclaves au travail avec des courbettes et des caresses… Remarquez, c’était sans doute possible mais Miraj ne voulait pas considérer ces options. Elle était fortement attachée à la tradition zygérienne et cela se faisait à coups de fouet, avec du sang, de la sueur et des larmes. Voilà pourquoi ils étaient les meilleurs dans leur domaine. Mais bon, elle gardait ces pensées pour elle : elle se réjouissait devant les performances de l’esclave qu’elle avait si bien brisé. C’était vraiment une prise de maitre et elle ne regrettait nullement de l’avoir donné à Jabba. Oui, un tel trophée lui aurait apporté tout un prestige… Mais le prestige seul ne permettait pas de se tailler une place au sommet. Jabba en était d’ailleurs la preuve vivante. C’était le plus célèbre des Hutts mais ce n’était pas son nom seul qui lui valait tant d’envies. Il y avait ce qu’il avait fait ou faire faire et surtout, surtout, ce qu’il possédait.

Il y avait bien sûr d’autres sujets dont elle devait s’entretenir avec lui… Mais cela attendrait la fin de cette fort agréable prestation de danse. Après tout, il aurait été mal avisé de gâcher l’ambiance. Elle pouvait bien attendre un peu : ce n’était pas comme si c’était une urgence cruciale non plus. Si cela avait été le cas, elle aurait attendu à plus tard avant de lui donner son cadeau, logique élémentaire oblige. Elle regarda encore un moment la danse de l’esclave avant de laisser son esprit se concentrer sur autre chose. Des choses plus terre à terre. C’était fou comme on pouvait se perdre dans ce genre de moments et ne plus être sur ses gardes, captivé par un agréable spectacle… Elle avait déjà fait le coup de l’esclave assassin, une fois, à un de ses rivaux… Elle en avait rigolé pendant des heures, tant l’ironie de la chose l’avait amusé. Il fallait toujours se méfier des esclaves, ils étaient retors… Ah, la danse était finie…


(Hutt) « Dis-moi Jabba, est-ce que tu connais un autre Hutt répondant au nom de Gardulla? Parce que son nom est apparu sur plusieurs documents ces derniers temps, au sein de la guilde des esclavagistes. Je ne veux pas jouer les alarmistes mais j’ai l’impression que quelqu’un essaie de te nuire… Et je préfère encore te mettre en garde. Ce serait dommage qu’un rival mette son propre prétendant sur le trône de Zygerria, non? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jabba le Hutt

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/02/2012

Feuille de personnage
Crédits: 500
Rang/Grade: Chef du Clan Desilijick

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Sam 10 Mar - 14:01

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Voilà qui ravira mon Rancor, il à toujours adorés dévorés de petites vermines de lâches. Néanmoins, je doute pouvoir l'emmener sur Zygéria, alors je les tuerais moi même ou te les laisserais.... Une aile entière ? Sache que j'ai déjà ordonnés à mes comptables de faire des virements sur les différentes entreprises qui vont se mettre à travailler.

    Jabba remua une nouvelle fois la queue pour s'installer correctement alors qu'un esclave venait ajuster et remettre les coussins correctement. Puis la danse continua à un rythme endiablé, la Zeltron semblait inépuisable et dansait énormément bien. Si bien qu'à la fin de la danse, chose que semblait attendre impatiemment Miraj, à la fin de cette magnifique danse ce fut une foulée d'applaudissement qui retentit dans la salle... Puis Jabba après avoir finis d'applaudir observa la Zeltron être reconduit dans le quartier des danseuses puis Jabba reporta son attention sur la Zygérienne qui prit immédiatement la parole, elle semblait parlait de Gardulla, Jabba sembla pensif, voilà bien longtemps qu'il n'en avait pas entendu parlés, depuis qu'il s'en été débarrassés d'ailleurs, il répondit :

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Gurdulla ? Mmh, Gardulla ? Oui en effet, c'est une très vieille connaissance, comme tu dois le savoir, les Hutts sont divisés en clans, les deux plus puissants clans sont les Desilijick et les Besadii. A l'époque où je suis arrivé sur Tatooine, Gardulla était le seigneur de la planète. Une puissante créature, les Besadii ont fait pression sur elle, elle même étant membre du clan Besadii pour qu'une guerre sans merci s'abattent sur Tatooine.
    Peut être as tu entendus parler de la Guerre sur Tatooine opposant Tusken et Colons ? J'avais moi même vendus de nombreuses armes aux Tusken qui ravagèrent la région, les colons eurent besoin d'armes, j'ai alors doublé Gardulla pour en vendre au colons, lui subtilisant son plus grand domaine : Le marché d'armes.
    Mais cette dernière recruta une gigantesque armées de mercenaires, speeders, vaisseaux ect... Dans le but de chasser les Tusken et elle recruta Aura Sing, elle même déjà engagés par moi même, cette dernière sabota les moyens robotisés de Gardulla lui faisant perdre la partie. Elle s'allia ensuite avec le Bando Gora mais fut sur mon ordre, jetés en pâture à son Dragon Krayt par Jango Fett, un fait rare se produisit, le Dragon l'a trouva indigeste et la recracha. Alors pour me débarrassait d'elle je lui est proposés de me représenter à Nal Hutta, au conseil Hutt. Depuis, elle n'as pas semblé vouloir refaire surface.
    Dit moi donc ce que contienne ces dossiers.
    Finit le Hutt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ 1
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 27/05/2010

Feuille de personnage
Crédits: Illimités
Rang/Grade: MJ

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Dim 11 Mar - 8:02

(Hutt) « Et bien son nom est apparu sur de nombreux contrats de vente, ce qui laisse à supposer que Gardulla essaie soit de construire quelque chose avec de la main d’œuvre bon marché ou alors qu’elle compte les équiper pour les utiliser contre toi. La notion d’armer un esclave est pour moi aussi ridicule qu’inconcevable mais je suppose que bien dressés… Ils feraient de l’excellente chair à canon. Armer un esclave… »

Miraj éclata d’un rire mélodieux qui s’il était doux et agréable à entendre n’était pas dénué d’une part d’un froid glacial qui n’avait rien d’humain. Un rire que seul quelqu’un de… Maléfique… Aurait pu apprécier. Se considérait-elle comme maléfique? Pas le moins du monde. Pour elle, l’esclavage, c’était la chasse à l’humanoïde et c’était un sport comme un autre. Elle avait réduit certains membres de sa propre espèce en esclavage alors… Pour elle, il n’y avait pas de quoi se formaliser. Gardulla avait mis la main sur de nombreux esclaves, c’était vrai et ce que Jabba venait de révéler aidait difficilement à donner une cause précise. Si Gardulla devait représenter Jabba sur Nal Hutta, d’où venait ce besoin en esclaves et pourquoi de potentiels ennemis du Hutt? Non c’était forcément un mauvais coup. L’instinct de la zygérienne le lui disait et il la trompait rarement, très rarement. Gardulla n’avait pas le bien de Jabba en tête.

Atlee Molec, un de ses rivaux, était impliqué dans au moins une des transactions et Molec se spécialisait dans les esclaves dit de combat. Des impériaux capturés ou des rebelles, d’anciens mercenaires, du matériel bon pour l’arène. À sa connaissance, cependant, Gardulla n’avait pas d’arène donc on pouvait exclure le côté récréatif. Qui plus était, Miraj était convaincue que ce n’était pas pour faire une gentille surprise à Jabba que Gardulla avait fait cet achat. Espérait-elle obtenir des esclaves des informations sur leur faction respective? Peu probable. Un stormtrooper n’était pas au courant de ce que l’état-major avait en tête et Molec manquait de vision. Il se contentait de proies faciles donc il avait au mieux quelques sous-officiers impériaux et de petits leaders mercenaires. Rien de suffisamment important pour représenter un danger. Qui d’autre était impliqué? Voyons voir, elle se remémora les documents interceptés…

Thanda Zolghast! Oui, une rivale de Miraj… Elle se spécialisait dans les… Biens de luxe. Twi’lek, zeltrons, falleen, togrutas… Le genre d’humanoïdes réputés pour leur grande beauté ou ayant des particularités pour se rendre irrésistible. Oh… Il fallait qu’elle vérifie quelque chose. Sautant d’un bond souple en pas du trône de Jabba, elle se dirigea vers Barada et elle lui demanda d’un ton qui n’admettrait aucune réplique si le Hutt avait reçu récemment une esclave en cadeau. Une falleen? Alors là plus aucun doute n’était possible. Elle exigea donc de l’employée de Jabba qu’il l’amène immédiatement devant Jabba. Quand celui-ci refusa, Miraj retira un gant avant de lui mettre sa main griffue en plein visage, laissant de beaux sillons ensanglantés. Inutile de dire qu’elle n’eut pas à répéter une deuxième fois. Une fois l’Esclave arrivée, Miraj la saisit à la gorge, la menaçant de son fouet laser.


(Hutt) « J’aurais dû m’en douter en voyant son nom sur les documents… Parles, petite esclave ou je te ferai endurer mille tourments. Qui t’a envoyé ici? Qui t’a capturé, qui t’a vendu? Est-ce que Thanda Zolghast est celle qui t’a vendu? Est-ce que tu as été achetée par Gardulla le Hutt? Répond ou tu tâteras de mon fouet et tu imploreras bien vite une mort rapide. Ils t’ont envoyé pour tuer Jabba? Si tu mens, ce sera encore pire! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jabba le Hutt

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 28/02/2012

Feuille de personnage
Crédits: 500
Rang/Grade: Chef du Clan Desilijick

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Mer 14 Mar - 21:38

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Oh ! Oh ! Oh ! Même un Gamoréen pourrait vaincre son armée d'esclave ! Mon Palais est une forteresse, aucun esclave ne pourrait y passer et aucun de ses vaisseaux ne pourrait s'y poser sans être abattus par mes chasseurs ou mes défenses. De plus, tout Hutt achète des esclaves ? Alors pourquoi pas Gardulla ? Mais vu que tu simple inquiète pour moi, j'enverrais des espions.

    Le récent rire mélodieux et doux de Miraj fut rapidement suivis de celui de Salacious, un rire strident puis celui de Jabba, un rire grave... Le Hutt observa la Zygérienne qui semblait s'agitée, plongeant son immense main dans une sorte de bocal, Jabba en ressortant une grande grenouille encore vivante, la prenant dans sa main il la plongea dans son immense gorge et la mâcha avant de la gober, puis observant la Zygérienne en train de réfléchir, Jabba s'ennuyait mais était sur les nerfs. Ces récentes révélations l'inquiétait au plus au point, si Gardulla avait décidés de revenir sur le plan de la scène galactique, cela signifiait qu'elle possèdait soit du soutien Besadii, soit extérieur. Alors que pour l'instant, les deux clans étaient relativement calme depuis quelques temps, leur affrontements allaient surement bientôt reprendre. Abattre le Chef des Desilijick, soit Jabba affaiblirai considérablement le Clan. Le Hutt goba une nouvelle grenouille et baissa la tête en direction de son Rancor, ce dernier avait finit son repas et était retournés dans sa "cage". La Zygérienne s'approcha alors de Barada, commenca à le menacer, le Hutt allait ouvrir la bouche lorsque Barada partit pour ramener une Faleen, une belle créature, un récent cadeau de Gardulla que Jabba avait relativement aimé. Puis elle commença à la menacer, puis dès que la phrase "tuer Jabba" retentit, dans un fracas sonore tout les mercenaires sortirent leurs armes pour les pointer sur la Faleen, alors que tous observait l'esclave, la voix grave de Jabba tonna, ont pouvait décrypter dans sa voix un sentiment de colère :

    (Hutt) [Jabba le Hutt, Seigneur de la Pègre de Tatooine, Maître du Clan Desilijick, Rival de Durga] Quoi !? Un assassin ici dans mon Palais ? Gardulla veut attenter à ma vie ? Répond vite petite esclave ou je te ferais endurer mille tourments, peut être que tu résisteras aux tortures, mais le Sarlaac se fera un plaisir de t'avaler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ 1
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 27/05/2010

Feuille de personnage
Crédits: Illimités
Rang/Grade: MJ

MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   Ven 16 Mar - 17:12

(Hutt) « Tu as entendu ton maitre, Jabba? Il t’a posé une question. Ou alors tu refuses de répondre parce que tu ne le considères pas comme tel? Peu m’importe, j’en ai brisé des plus coriaces que toi. Sais-tu qui je suis, esclave? Sais-tu face à quelles forces tu t’es dressée? Parles ou la mort ne sera même pas une option pour toi car ce serait un cadeau bien trop grand pour une créature si pathétique. Tu as intérêt à collaborer : je m’impatiente. »

Au début, l’esclave refusa de parler ma quand Miraj resserra sa prise et que ses doigts griffus entamèrent la chair de sa gorge, son courage vacilla. Pas suffisamment pour la faire parler mais l’esclavagiste savait détecter ce genre de faille. Demandant à deux gamoréens d’immobiliser l’esclave (si on ne les respectait pas pour leur grande intelligence, on pouvait les respecter pour leur grande force) et elle procéda ensuite à lui administrer plusieurs coups de fouets laser. Jamais assez pour la tuer, juste ce qu’il fallait pour rendre la blessure excessivement douloureuse. Quand elle jugea que l’esclave avait suffisamment de blessures, elle reposa ses questions : qui l’avait capturé, acheté, vendu… Et devant un refus de réponse (considérablement plus faible mais bien présent, Thanda Zolghast avait fait de l’excellent travail), Miraj se tourna vers l’entrée du palais de Jabba et aboya un ordre dans le dialecte natif des zygériens.

Un autre zygérien, un mâle celui-là, se hâta de rejoindre l’esclavagiste avec une sorte de petite valise métallique qu’il ouvrit. Le matériel de « discipline » de l’esclavagiste. Remerciant son garde du corps, elle sortit un autre fouet, un fouet cryogen rodien cette fois. Le fouet claqua une fois, deux fois… À la troisième fois, l’esclave craqua : elle avoua sa capture aux mains des traqueurs de Thanda Zolghast, son achat récent par Gardulla et le fait qu’elle devait espionner et assassiner Jabba. Le récit de l’esclave ne semblait pas avoir convaincu les non esclavagistes (donc la quasi-totalité de la salle) mais Miraj, connaissant les tactiques de sa rivale, était bien la première prête à expliquer le principe à la petite assemblée. Après tout, elle avait usé du même stratagème à plus d’une reprise. S’éclaircissant la gorge, elle se retourna pour faire face à Jabba et elle reprit la parole, un sourire sinistre sur le visage.


(Hutt) « C’est le plus vieux truc du monde, Jabba. Une jolie esclave, qui si elle n’est pas capable de te séduire, pourra séduire ton entourage. L’utilisation de ce type d’humanoïdes ou de zeltrons se fait à cause des phéromones qu’ils dégagent et donc leur donne un net avantage côté séduction. Qui plus est, sans offense mais les non esclavagistes ne se méfient jamais assez des esclaves. En fait, je parierais qu’elle a déjà commencé son sale travail.

Tu connais mieux que moi ton entourage, Jabba. Qui aurait pu avoir été en contact avec cette esclave? Tous doivent être considérés comme suspects et si nous trouvons les traces de ses phéromones, c’est que tu as un traitre de plus au sein de ta cour. Entends mon avertissement Jabba, je sais ce que ce genre de tactiques peut produire comme chaos… Car je l’ai moi-même déjà utilisée. Il n’y a rien de pire pour affaiblir un rival. »


Si le Hutt recevait de l’aide de Miraj, comme maintenant mais qu’il avait le fin mot de l’histoire, il apparaitrait comme plus puissant encore, capable de sécuriser les services d’une esclavagiste puissante sans avoir à débourser un seul crédit, un exploit considérant que pour des gens comme Miraj, tout est marchandise, tout se vend et s’achète. Certes, Jabba ne gagnerait pas des millions de crédits de cette chasse au traitre… Mais ses ennemis ne pourraient que le craindre davantage à cause des forces qu’il avait sous son contrôle ou pour alliés. Chose certaine, Thanda Zolghast serait morte de peur à l’idée que Jabba puisse vouloir vengeance contre elle… Et Miraj était prête à faire le pari que sous peu, Jabba recevrait une généreuse donation de sa rivale ainsi que toutes les informations qu’il pourrait demander sur Gardulla… Gratuitement. Finalement… Jabba sortait gagnant sur tous les tableaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est rien de personnel... Juste les affaires (PV Jabba)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien de personnel, c'est juste pour le boulot. [Catwoman]
» [Rp Combat - Drak vs Misto ] Ce n'est rien de personnel
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Guerre Civile :: Le RPG :: L'Espace :: Bordure Extérieure :: Espace Hutt :: Tatooine :: Mos Eisley :: Palais de Jabba-
Sauter vers: