Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
3539 jours de vie - 43 membres - Dernier membre : fyllee (Bienvenue parmi nous !) - 11560 messages
Liste des personnages de la saga modifiée, merci de lire ==> ICI <==

Partagez | 
 

 La nature de l'héroïsme [l'assaut de Fondor, Marhya Mordon]

Aller en bas 
AuteurMessage
MJ 8
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 22/04/2011

Feuille de personnage
Crédits: 500
Rang/Grade:

MessageSujet: La nature de l'héroïsme [l'assaut de Fondor, Marhya Mordon]   Mar 22 Mai - 20:43

Cet évènement était inévitable. Tôt ou tard, l'Empire finirait par découvrir les opérations rebelles dans la bordure extérieure et une flotte serait envoyée pour détruire leur principale base d'opération. Dans une telle éventualité, la capture et l'exécution de la majeure partie des chefs rebelles était envisageable. L'Alliance pouvait se retrouver dans une situation catastrophique suite à une telle attaque. L'Empire était bien plus puissant que son adversaire dans le domaine de la guerre spatiale. La victoire sur Yavin IV n'aveuglait pas le commandement de l'Alliance. C'était une victoire assez chanceuse obtenue grâce à l'incroyable compétence d'un petit groupe d'individu et à l'arrogance de l'Empire. Il serait stupide de compter une deuxième fois sur une telle chance. Si l'attaque était inévitable, il était possible de gagner du temps. Cette fois-ci, c'était la dernière chance pour les rebelles de gagner un peu de temps. Une imposante flotte se réunissait dans les chantiers navals de Fondor. À sa tête, se trouvait le plus célèbre vaisseau de commandement de l'Empire: l’Executor. Un tel vaisseau avait la puissance de feu nécessaire pour détruire une petite flotte à lui seul. En temps normal, ce vaisseau est une cible presque intouchable pour les rebelles, mais à ce moment il est totalement vulnérable car en maintenance dans son port d'attache. Alors que la flotte impériale s'assemble, les rebelles décident de frapper pendant qu'ils en ont encore la chance. Une attaque massive et rapide sur une flotte encore immobile et presque sans défense. Des agents de terrains sont déployés pour saboter les vaisseaux trop bien protégés. Malgré leur avantage tactique, les rebelles font face à une armée plus de vingt fois supérieure en nombre et bien entrainé. Parmi cette armée, quelques individus exceptionnels peuvent transformer une attaque surprise incroyablement bien préparé et exécuter avec précision en un véritable calvaire et une bataille particulièrement féroce. L’un de ses individus, la lieutenant Marhya Mordon, se trouve au sein de cette flotte. Vétérane de plusieurs batailles dont la triste défaite de Jani, elle représente l’élite de la chasse impériale. Par contre tout comme lors de la bataille de Jani, la lieutenant est loin de se douter de l’attaque rebelle. Elle se trouve tranquillement installée dans le messe des officiers de la station de défense Vengeur III où elle est stationnée en attente de l’offensive sur les bases rebelles à prendre un repo bien mérité avec quelques camarades.

C’est alors qu’une violente explosion survient. Les chaises et les tables sont renversées sous l’impact qui fait trembler toute la station. Les lumières lumière s’éteignent plongeant le messe dans les ténèbres. Alors que tous tentent de reprendre pieds, une série d’explosion aussi violente que la précédente survient. La station tremble encore plus violement. Le plafond cède sous la pression à certains endroits. Le planché se lézarde et une fumé toxique commence à emplir l’air tandis qu’une lueur rougeâtre illumine la pièce. Des incendies commencent à se déclarer. Peu après, les lumières d’urgences révèlent le chaos qui fait rage à l’intérieur de la station. L’ennemi commence son attaque en force et la station de défense Vengeur III est dans l’œil de la tempête. Autour de la lieutenant Mordon rien ne semble tenir debout. Le messe est un véritable champs de détritus. Le sang bat violement dans ses tempes et son cœur menace de s’emballer suite au choc de la surprise. Un silence de mort règne dans son secteur, aucune alarme, aucun système anti-incendie n’est actif. Seul les grognements de quelques hommes blessés viennent troubler le silence bientôt suivit par le grognement plus inquiétant des flammes généré par une conduite électrique endommagé. Sortir de cet enfer ne va pas être facile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marhya Mordon
Chasse ▌ Spectre Leader

Chasse ▌  Spectre Leader
avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 16/05/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Crédits: 3 500
Rang/Grade: Lieutenant

MessageSujet: Re: La nature de l'héroïsme [l'assaut de Fondor, Marhya Mordon]   Ven 25 Mai - 18:11

« ...et c'est là que cet imbécile de cadet a tiré sur le manche de son chasseur en croyant se trouver aux commandes d'un transporteur Muurien ! », se moqua le sergent-instructeur Conafey, remuant sur sa chaise, et poussé par l'hilarité de ses camarades à continuer d'exposer le contenu de sa dernière anecdote. « Le TIE, forcément, s'est immédiatement emballé, emporté par une série de vrilles incontrôlables ; tandis que le gamin, livré à lui-même, nous cassait les oreilles en implorant par radio le secours de sa pauvre maman ! »

« Grands dieux ! Quel abruti ! », s'exclama le capitaine Theewald, euphorique, en frappant du plat de sa main la surface de sa table du mess. « J'imagine tout à fait la tête qu'il devait faire à l'intérieur de son cockpit ! »

« Et finalement, comment cette mésaventure s'est-elle terminée ? », questionna l'enseigne de vaisseau Dash'ie, captivée par ce récit qu'elle n'était pas la seule à trouver des plus désopilants.

« J'ai essayé de le rattraper pour lui expliquer ce qu'il devait faire en de telles circonstances, mais le cadet n'arrêtait pas de hurler à mesure qu'il s'emmêlait avec l'ajustement de ses déflecteurs de navigation ! », répondit le sergent-instructeur, enivré par la propagation de son propre enthousiasme. « Ce fiasco a duré presque une minute, jusqu'à ce que son TIE ne décide de s'écraser sur le porte-vaisseaux d'escorte qui tentait désespérément de le verrouiller avec ses rayons tracteurs ! »

Une véritable explosion d'éclats de rire fut engendrée suite à la manifestation de cette invraisemblable conclusion, l'intégralité du restaurant ébranlé par la gaieté de ceux qui s'étaient laissés séduire par l'articulation des faits soulevés par l'un des professeurs en charge des leçons de vol dispensées aux cadets de l'Académie Impériale ; tandis que plusieurs civils et militaires, contrariés par cette brusque augmentation du tapage environnant, se retournaient, venimeux, en direction de la source de leur mécontentement, sans pour autant cristalliser suffisamment de courage afin d'oser leur faire la moindre réprimande.

« Il faudrait vraiment que mes supérieurs arrêtent de me confier la maternelle, sinon, l'Empire risque fort de bientôt manquer de chasseurs TIE ! », s'esclaffa Conafey, présomptueux, en s'efforçant de reprendre haleine.

« Je souhaiterais vous poser une petite question, sergent-instructeur... Était-ce la première fois que ce cadet prenait place à bord d'un véritable appareil ? »

Soudainement troublé par le sérieux de cette intervention, l'officier en question pivota sur sa chaise afin de dévisager celui – ou plutôt celle – qui venait de s'adresser à lui avec autant d'outrecuidance. Il découvrit rapidement qu'il s'agissait d'une jeune femme en combinaison de pilote, installée à quelques mètres de sa propre table, son regard, froidement accusateur, harponné aux yeux du sergent-instructeur alors que la majorité de ses compagnons de déjeuner se retrouvaient privés de tout objet digne de prolonger leurs récentes moqueries.

« Eh bien, sergent Conafey ? », renchérit la jeune femme en quittant son siège, sans sourciller, pour s'approcher lentement de son interlocuteur. « Ce cadet avait-il eu la possibilité de s'entraîner à piloter avant de perdre la vie au cours de sa formation ? »

« Puis-je d'abord savoir qui vous êtes ? », se défendit ouvertement le professeur de l'Académie Impériale.

« Vous ne saurez rien tant que vous n'aurez pas répondu à ma précédente interrogation... »

Conafey plissa légèrement les paupières et serra les mâchoires en réponse à l'assurance autoritairement affichée par cette inconnue dont il ignorait tout, de son grade, et jusqu'à son identité. Conscient qu'il risquait fort de s'attirer de graves répercussions s'il venait à s'affubler d'une attitude inadéquate en présence d'une supérieure hiérarchique, ou bien au contraire, de se sentir humilié devant plusieurs dizaines de témoins s'il acceptait de se soumettre aux remontrances d'une simple aspirante, le sergent-instructeur préféra s'astreindre à quelques secondes de réflexion silencieuses avant de s'approprier de nouveau le droit de parler pour s'expliquer sur le fond de sa pensée :

« Les cadets de l'Académie sont suivis et entraînés selon les meilleures techniques d'apprentissages connues à ce jour. », soutint le professeur en croisant fermement les bras contre sa poitrine. « N'avez-vous pas eu l'occasion de constater cet état de fait par vous-même au cours de vos débuts au sein de la Marine Impériale ? »

« N'essayez pas de m'endormir avec de belles paroles... », rétorqua l'inconnue avec un geste de mépris. « Je suis parfaitement au fait de vos méthodes d'initiation lorsqu'il s'agit de maximiser le rendement de vos écoles, soi-disant si prestigieuses ! »

« Que voulez-vous dire par-là ? », s'étonna l'enseigne Dash'ie, visiblement interdite.

« Il se trouve qu'aujourd'hui, l'Empire a davantage besoin de pilotes afin de mettre un terme à la menace que fait peser la Rébellion sur sa suprématie. Les professeurs au sein de l'Académie ont reçu pour consigne d'intensifier la productivité de leurs établissements de formation, une directive que beaucoup d'entre eux ont décidé d'appliquer en faisant l'impasse sur la période de familiarisation en simulateur ordinairement dispensée à tous les cadets de la Marine Impériale. »

« Comment osez-vous... ? », intervint le capitaine Theewald, hors de lui. « Cette information a été classée confidentielle ! »

« Ne soyez pas stupide : cette pratique est un véritable secret de polichinelle ! », répliqua la jeune femme en haussant la voix. « Croyez-vous que personne n'a remarqué que la plupart des pilotes de TIE ne sont que de jeunes diplômés, tout juste sortis des bancs de l'Académie, sans la moindre expérience du combat, et destinés à se faire abattre dès leur première rencontre avec un groupe de pirates ou d'anarchistes affiliés à la Rébellion ? »

« Ce n'est là qu'une illustration de la plus ordinaire des lois de la guerre ! », protesta le sergent-instructeur Conafey. « Nous n'avons ni le temps, ni les moyens d'entraîner tous nos cadets pour en faire une élite respectée par tout un chacun ! La réputation de l'Empire est, à elle seule, suffisante pour que nos ennemis tremblent de peur à la vue de nos croiseurs et de nos nombreux chasseurs... »

« Dans ce cas, ne vous étonnez pas de voir un jour le gouvernement de Coruscant se faire renverser par ceux qui sauront prendre les bonnes décisions... »

De rage, le professeur de l'Académie se leva d'un bond pour saisir la jeune femme à la gorge, rapidement maîtrisé par ceux qui s'étaient rapprochés pour suivre le déroulement de cette houleuse discussion, lorsqu'une violente déflagration, suffisamment forte pour renverser la totalité des personnels présents dans le mess, fit trembler la structure de la station de défense en plongeant brusquement le restaurant dans une profonde obscurité.

« Qu'est-ce que c'était ? », s'inquiéta l'enseigne de vaisseau Dash'ie, aveuglée, en tentant difficilement de se remettre sur pieds. « Bon sang, qu'est-ce qui s'est passé ? »

« Je n'en sais rien, mais cela ne présage probablement rien de positif... », répondit la jeune femme, à demi sonnée, alors que l'éclairage sanguinolent du générateur de secours s'activait pour éloigner au mieux les ténèbres qui s'étaient emparées du mess. « Mieux vaut rejoindre au plus vite notre poste et nous préparer à... »

Une seconde détonation, non moins féroce que la précédente, coupa la pilote au beau milieu de son développement, confirmant ainsi ses craintes les plus inextricables, et véhiculant aussitôt un extraordinaire mouvement de panique au sein des civils et militaires qui se précipitèrent au dehors du restaurant dans l'espoir d'échapper aux terribles évènements dont ils étaient victimes.

« Que tout le monde regagne son poste ! », ordonna le capitaine Theewald en s'efforçant de canaliser l'empressement de ses nombreux subordonnés. « Nous avons probablement affaire à une situation de crise ! »

« Debout, espèce d'incapable ! », fulmina la jeune femme en aidant le sergent-instructeur Conafey à se redresser tout en constatant qu'il portait une profonde blessure au niveau du front.

« Mais enfin... qui êtes-vous pour oser me traiter de la sorte ? », questionna celui-ci en essuyant le sang qui coulait abondamment le long de son visage.

« Je suis le lieutenant Marhya Mordon, leader de l'escadron Spectre... Maintenant, assez bavardé... Rejoignez l'infirmerie, et veillez à ce que l'on vous remette sur pieds le plus rapidement possible... C'est un ordre ! »

« Je... oui, madame... à vos ordres, madame... », balbutia le professeur de l'Académie, mortifié, en réalisant que celle qu'il avait tenté d'agresser un peu plus tôt se trouvait, en réalité, titrée d'un grade bien supérieur à son propre statut.

Emportée par la précipitation désordonnée de ses camarades épouvantés, Marhya se lança au travers des coursives en direction du hangar où se trouvait son Intercepteur TIE ; malheureusement stoppée dans sa course par divers obstacles infranchissables, dont des cloisons éventrées, des conduites de gaz endommagées, des champs de force destinés à l'isolation des sections dépressurisées, ainsi qu'un violent incendie qui progressait rapidement par les galeries internes des installations en dévorant lentement, mais sûrement, l'intégralité du matériel et des personnes présentes à bord de la station de défense.

« Hastur ! », s'écria la jeune femme par l'intermédiaire de son ordinateur de poignet. « Peux-tu me dire ce qu'il est en train de se passer, ici ? »

« Je l'ignore, madame... », avoua l'intelligence artificielle avec dépit. « Il est clair que les chantiers navals de Fondor sont actuellement la cible d'un assaut de grande envergure, mais je ne puis malheureusement vous en dire plus au sujet de la nature de l'attaquant du fait de l'anéantissement du principal réseau de détection et de communication de la planète, lequel se situait à proximité de la station de défense à bord de laquelle vous vous trouvez en ce moment même. »

« Cela veut dire que la majeure partie des installations de Fondor est aveuglée... et probablement loin de se douter des destructions qui sont en train d'être perpétrées ! »

« C'est en effet le cas, madame. »

Les impériaux, prisonniers des flammes et incapables de rejoindre leur poste, s'acharnaient à lutter désespérément contre le brasier qui freinait leur avance en direction de la partie centrale de la station de défense où se trouvaient les capsules de sauvetage ainsi que l'accès aux passerelles encore intactes, toujours ouvertes sur les principales installations des chantiers navals de Fondor. Le capitaine Theewald, de très loin dépassé par le poids des récents évènements, continuait pourtant de distribuer ses ordres en épongeant d'un revers de manche la sueur qui perlait sur son front, stimulé par son statut plus élevé que celui des survivants toujours placés sous son commandement, mais intérieurement consumé par la gravité de la situation et de plus en plus rongé par son impuissance à gérer les difficultés qu'il devait affronter en compagnie des hommes et des femmes dont il craignait de ne pouvoir plus longtemps prolonger l'existence...

« J'ai une idée ! », s'exclama brusquement le lieutenant Mordon alors que la fumée se faisait plus épaisse après chaque minute écoulée. « Le système de communication interne des chantiers navals fonctionne-t-il encore ? »

« Oui, madame. », confirma Hastur, sa voix synthétique à demi éclipsée par les hurlements des officiers et les sinistres crépitements de l'incendie. « La plupart des relais de courte portée n'ont pas encore été rendus inopérants. »

« Dans ce cas, ne perdons pas de temps... », suggéra la jeune femme en branchant l'interface de son ordinateur de poignet à l'un des panneaux de contrôle destinés à l'ouverture des portes de la station de défense. « Utilise le réseau des comlinks afin de prévenir l'ensemble des personnels de l'attaque en cours, et dis-leur de déclencher sur-le-champ l'état d'alerte générale. »

« Je m'en charge immédiatement, madame. »


« Vois si tu peux également mettre en route le système de sécurité anti-incendie et ventiler la circulation atmosphérique à notre niveau pour nous aider à progresser avec davantage de sécurité. »

« Entendu, madame. Je vais voir ce que je peux faire. »

« J'espère que cela va marcher... », souffla Marhya pour elle-même, sa gorge irritée par la fumée, en priant mentalement pour qu'il ne soit pas trop tard pour sauver sa vie, celle de ses équipiers, ainsi que l'intégralité de la flotte et des installations impériales en orbite autour de Fondor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ 8
Maître du Jeu ▌ Grand Manitou

Maître du Jeu ▌ Grand Manitou
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 22/04/2011

Feuille de personnage
Crédits: 500
Rang/Grade:

MessageSujet: Re: La nature de l'héroïsme [l'assaut de Fondor, Marhya Mordon]   Ven 22 Juin - 0:04

L'attaque rebelle a commencé. La station de défense Vengeur III semble sans défense. Aucun système de défense n'est actif pour l'instent. La moitier des hangars sont endommagés et la plupart des systèmes sont dans le même état ou toujour inactif. Rien ne semble fonctionner à l'intérieur de la station de défense, pas même ceux qui l'habite. Il n'y a aucune chance pour une défense efficace sur cette position, mais il y a un espoir. Un destroyer stellaire de classe Imperial II nommé le Vengeance lance le signal d'évacuation de la station de défense, mais il ne reçoit aucune réponse. Les systèmes de communications externes ont été détruit. Il tente de se rapprocher pour recueillir des vaisseaux et des capsules de survies. Il ne pourra pas rester bien longtemps sous le feu des vaisseaux capitaux rebelles. À l'intérieur de la station, la lieutenant Marhya Mordon s'active. Isolé dans le messe des officier du pont Est, elle ne peut sortir bien loin à cause des incendies et des lapses dans les systèmes de survie. Contactant l'intelligence artificielle de son chasseur, elle tente de trouver un moyen de sortir, mais ce dernier s'apprète à lui donner de mauvaises nouvelles sous forme d'une série de message envoyé via le système de comlink interne.

------->Alerte générale déclanchée<-------
------->Évacuation commencé<-------
------->secourt en route<-------
------->Système anti-incendie inactif<-------
------->Ouverture automatique du système anti-incendie impossible<------
------->Ouverture manuel requise<-------
------->Port le plus prêt... 400m sur la gauche... Sale de sécurité 2<-------
------->Danger, gaz toxic dans les couloirs voisin, procéder avec prudence ou système respirateur<-------
------->Évacuation des gaz impossible... conduites endommagées<-------
------->ouverture manuel possible avec soudeur pour colamter la brèche<-------
------->Brèche situé dans la ventilation centrale... accès via salle de sécurité 2 possible<-------
-------->Aucun ennemi détecté dans la station<-------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nature de l'héroïsme [l'assaut de Fondor, Marhya Mordon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nature de l'héroïsme [l'assaut de Fondor, Marhya Mordon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
» Le protecteur de la nature~
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Guerre Civile :: Le RPG :: L'Espace :: Le Monde du Noyau :: Fondor :: Chantier Naval-
Sauter vers: